Paris Quartier d’été
24° édition

QRCode Paris Quartier d’été - Version Mobile l'entrepôt
<span class=debug-traduction-erreur>Imprimer</span>


TOUT LE PROGRAMME DU FESTIVAL SUR LE SITE : www.quartierdete.com

Édito

Allez-vous tomber amoureux ce soir ?

Soyons honnêtes pour une fois : pourquoi allons-nous au spectacle ? Oui, d’accord, la curiosité, la culture, l’art, tout ça… Mais n’y aurait-il pas autre chose, de plus profond, de plus palpitant, de plus caché aussi, que, d’une façon générique, on pourrait qualifier d’espoir ?
Acheter sa place, prendre un métro, faire la queue… Ces laborieux travaux d’approche ne pèsent rien quand ils semblent la voie la plus courte vers ce qui, dans la vie, est le plus long à atteindre : une émotion, une vision nouvelle, un bouleversement, la sensation de se perdre et de se trouver dans un même mouvement. Passé les servitudes et les tracas, les incertitudes et les aléas, c’est ce moment et cet état que le festival travaille à vous procurer. Une heure, ou moins, ou plus peut-être, un spectacle dont on sort en disant : “Il m’est arrivé quelque chose”. Une rencontre : c’est peu dire mais c’est aussi dire tout.

L’été, c’est la saison des coups de soleil, des orages, des allers et retours et des transgressions. Sans doute est-ce donc notre destin de nous inscrire dans le désordre – nous sommes, après tout, Paris quartier d’été. Qu’y pouvons-nous ? Toutes ces sensations fortes, dangereuses ou interdites, sont notre fonds de commerce. Parce que, l’été, c’est pas pareil. C’est le moment où on déménage, celui où les trajets les plus quotidiens peuvent devenir transports en commun, c’est le temps où les choses se passent, et, c’est une chance pour un festival, où il n’est pas dit que tout se passe comme prévu.

Donc, si vous pensiez assister à quelque messe culturelle, vous vous serez fort heureusement trompés. Nous nous trouverons dans les arbres, à l’aurore, sur les berges de la Seine, sur les places, peut-être même sous la pluie, au cœur de Paris ou ailleurs, mais le principal est que nous nous trouverons. Nous aurons toutes les audaces. Même s’il se trouve des esprits chagrins pour s’étonner et dire : “Mais où vous croyez-vous ?”

Patrice Martinet