PRESENCE DE GUILLEVIC
Le chant et autres poèmes

avec Marianne Auricoste (Comédienne) Marianne Auricoste débute au théatre, puis se consacre au rayonnement de la poésie et des nouvelles contemporaines de tous les pays. Elle crée l’association Le Champ des mots et organise de nombreuses tournées de récitals de poèmes en France et à l’étranger. Créations de spectacles autour de : Jules Valles, Rosa Luxembourg, Henri Michaux, Yannis Ritsos, Octavio Paz, Guillevic, les poètes du désert ... Créations de festivals autour de la nouvelle contemporaine francophone et étrangère. Elle se produit dans de nombreux théatres parisiens (Café de la danse, théatre Essaïon, théatre de la Vieille Grille, théatre du Rond Point ,Centre Mandapa....) et (...) ... Lire la biographie complète
QRCode PRESENCE DE GUILLEVIC - Version Mobile l'entrepôt
<span class=debug-traduction-erreur>Imprimer</span>


Conception et lecture Marianne Auricoste

" Les mots, c’est pour savoir", disais-tu. savoir être au monde. Savoir accueillir, recueillir l’instant, le posséder, l’habiter, le transgresser. Régner sur notre présent comme l’oiseau sur son nid. Comme la durée épouse l’instant.

Épouser... tu n’as fait que cela d’un poème à l’autre.

Acte d’amour, tes poèmes, certes, acte d’émergence, mise au clair. Possession, enracinement dans le sacré, contact avec le vivant. Tout le vivant.

Émerveillement, tremblement devant l’insaisissable réel.
Tu nous as appris que le banal était la grande histoire, l’épopée véritable, le chemin de la source.

Tu t’es vécu pommier,fabricant tes pommes modestement, en artisan amoureux du langage, conscient de son énergie et de sa haute nécessité.

Marianne Auricoste ( les noces du goéland)

.

" Chacun va

Chantant sa diffèrence

Et voulant la garder

Chacun ayant besoin

D’entendre d’autres chants

Pour être sûr du sien."

(Guillevic)

Guillevic est né à Carnac le 5 aôut 1907 d’un père gendarme et d’une famille pauvre dans un pays où parler le breton était interdit. Il a récité son alphabet dans cette Bretagne rebelle où il a maraudé en gamin solitaire, amoureux du silence et des landes. Il a poursuivi ses études et passé brillamment ses concours et il est rentré dans
l’administration.

En 1935, il débarque à Paris. Il rentre au ministère des finances où il poursuit sa carrière. En même temps que ses fonctions au ministère, s’ouvre sa vérité de poète.

En 1942 parait Terraqué, le recueil qui le consacrera.
Depuis ce premier recueil, son œuvre n’a cessé de rayonner. Il a ouvert un espace pour nous tous, le champ du quotidien où conquérir nos " tenailles de gloire." Il nous a quitté le 19 mars 1997.


Libre participation