Les choses qui changent
Nouveau recueil de Matthias Vincenot

avec Matthias Vincenot (Auteur) Poète Docteur es Lettres Professeur aux Cours de Civilisation française de la Sorbonne. Fondateur, organisateur et Directeur artistique, depuis 2003, du Festival DécOUVRIR de Concèze (en Corrèze) en partenariat avec l’Académie Charles Cros et France-Bleu Limousin, qui, chaque soir, accueille des poètes, des chanteurs, des musiciens et des comédiens. Devise de ce festival : « croiser poésie et chanson, univers et styles, dans un esprit d’ouverture et de découverte ». www.festivaldecouvrir.com Sociétaire de l’Académie Charles Cros, coordinateur de la Commission « Parole enregistrée et documents sonores » et membre de la Commission « Chanson ». (...) ... Lire la biographie complète
QRCode Les choses qui changent  - Version Mobile l'entrepôt
<span class=debug-traduction-erreur>Imprimer</span>


Lecture dédicace du nouveau recueil de Matthias Vincenot : Les choses qui changent (éd. Mines de Rien)

Ce recueil offre une promenade parmi les poèmes de Matthias Vincenot, le long de paysages, de nos paysages, de ces choses qui changent, des paysages également ancrés dans le réel et la société d’aujourd’hui. Cette promenade est illustrée par les photographies de Pascal et Nicolas Rabot, qui la prolongent et l’enrichissent. Une rencontre d’arts et de regards.

Cet ouvrage, publié en Limousin, répond harmonieusement à l’attachement de l’auteur à cette région, dans laquelle s’inscrit chaque année le Festival DécOUVRIR de Concèze, en Corrèze, dont il le créateur et le directeur artistique.

Il est déjà l’auteur de onze recueils de poèmes, de Un autre ailleurs - (éd. Lettres du Monde 1998) aux Années aperçues - (éd. Lanore, 2013).

« Son écriture est à la fois limpide et profonde »
(Andrée Chedid, Le Cercle, France 2, 23 février 1999).
Il « pourrait même réconcilier le grand public avec la poésie »
(François-Xavier Maigre, La Croix, 2 février 2009).
« Matthias Vincenot a une voix bien assurée et une place reconnue dans la poésie contemporaine, grâce à une dizaine de recueils remarqués à juste titre »
(Michel Baglin, Texture, mars 2011).
« Perçant, fulgurant. Simple et fort »
(Serge Beyer, Longueur d’Ondes, 10 décembre 2012).


Gratuit