Le journal d’un manoeuvre et autres poèmes de Thierry Metz
Lecture musicale

avec Marianne Auricoste (Comédienne) Marianne Auricoste débute au théatre, puis se consacre au rayonnement de la poésie et des nouvelles contemporaines de tous les pays. Elle crée l’association Le Champ des mots et organise de nombreuses tournées de récitals de poèmes en France et à l’étranger. Créations de spectacles autour de : Jules Valles, Rosa Luxembourg, Henri Michaux, Yannis Ritsos, Octavio Paz, Guillevic, les poètes du désert ... Créations de festivals autour de la nouvelle contemporaine francophone et étrangère. Elle se produit dans de nombreux théatres parisiens (Café de la danse, théatre Essaïon, théatre de la Vieille Grille, théatre du Rond Point ,Centre Mandapa....) et (...) ... Lire la biographie complète
QRCode Le journal d’un manoeuvre et autres poèmes de Thierry Metz - Version Mobile l'entrepôt
<span class=debug-traduction-erreur>Imprimer</span>

Lecture de Marianne Auricoste accompagnée par le musicien Frédéric Ligier

Le journal d’un manoeuvre et autres poèmes de Thierry Metz

Thierry Metz est né à Paris le 10 juin 1956. Son père est chauffeur-livreur. Dès quatorze ans il lit tout ce qu’il peut acheter aux chiffonniers d’Emmaus. Depuis lors, il n’accomplit que des travaux manuels : chantiers, entrepôts, bâtiments, terrassements. Il commence à écrire des poèmes, les montre à Jean
Grosjean qui les recommande à la NRF.

"C’est que vivre à quelque chose de terriblement élémentaire. Chaque matin l’âme se réveille toute nue, et le travail, la douleur, les gens,, l’absence sont debout, bras croisés, à l’attendre avec un dur regard d’examinateur. Mais chaque soir, quand la fatigue ne l’a pas anesthésié, Thierry Metz note la part respirable des heures qu’il a traversées. Ce que nous pouvons prendre pour un univers de médiocrité se trouve être une merveille...
Elle dit : qui que tu sois, tes instants ne contiennent rien d’autre, mais ils
sont des miracles. " Jean Grosjean

« Il faudrait s’arrêter un instant, poser la charge, retrouver une seconde, dans le même cercle, la force du manœuvre, la main du maçon, les signes tracés du maitre d’œuvre. Une seconde, pas plus. Puis revenir à l’endroit où la maison s’entrouvre pour aperçevoir les enchanteurs. »
le journal d’un manoeuvre – Thierry Metz – édit. L’arpenteur

« Tu sais que toujours
un parmi nous
s’absente
pour habiter sa clarté
sa langue
poète ou manoeuvre
convives d’un mot
illuminé. -
Sur la table inventée – Thierry Metz - édit. Jacques Brémond