QRCode La guerre des graines - Version Mobile l'entrepôt
<span class=debug-traduction-erreur>Imprimer</span>


En 100 ans, sous les effets de l’industrialisation de l’agriculture, les trois-quarts de la biodiversité cultivée ont disparu. Alors que se renforce la main-mise sur les semences par une poignée de multinationales, un vaste arsenal réglementaire limite le droit des paysans à échanger et reproduire les semences. Le documentaire « La Guerre des Graines » décrypte les batailles autour de la privatisation du vivant, avec l’appui de témoignages de paysans, d’élus, de militants, d’experts et d’industriels.

Programmation du film

Sem. 49 Me
7/12
Je
8/12
Ve
9/12
Sa
10/12
Di
11/12
Lu
12/12
Ma
13/12
Pas encore de programmation cette semaine.


Synopsis :

« L’histoire que nous allons vous raconter est celle d’une guerre inconnue mais qui nous menace tous, la guerre des graines. » C’est par ces mots saisissants que débute le nouveau film de Stenka Quillet et Clément Montfort, produit par John Paul Lepers. Depuis 12 000 ans, les paysans sèment, sélectionnent et échangent librement leurs semences. Mais cette pratique ancestrale au fondement de l’agriculture est en péril. Dix multinationales contrôlent aujourd’hui 75 % du marché mondial de semences [1]. Leurs noms ? Monsanto (États-Unis, 26 % du marché mondial), DuPont (États-Unis, 18 %), Syngenta (Suisse, 9 %), Limagrain (France, 5 %), suivis d’une poignée d’autres firmes allemandes, états-uniennes ou japonaises. « Que se passera-t-il si l’industrie semencière réussit à privatiser intégralement les semences agricoles ? » interrogent les deux co-réalisateurs.

Libre participation

à l'affiche

Ciné débat : "La guerre des graines"

75% des espèces comestibles ont disparu en moins d’un siècle. (Chiffre ONU – FAO). Les Anciens consommaient plus de 3.000 espèces végétales comestibles. 500 sortes de légumes ornaient encore les tables familiales il y a 150 ans. Depuis : concentration, standardisation, brevetage… une forme inquiétante de progrès ?! Le mouvement citoyen "Graines de (...)

Lire plus