La botanique médicale

avec Bernard Vial (Médecin) Le Docteur Bernard VIAL est médecin généraliste en Provence depuis 25 ans, après avoir exercé les fonctions de Chef de Clinique en Médecine au C.H.U. de Montpellier (Professeur Louis BERTRAND). Ses travaux en phytothérapie médicale, en homéopathie et en botanique sont publiés régulièrement dans la Revue : Les Cahiers de Biothérapie, Paris. Bernard VIAL est un médecin généraliste, homéopathe, et phytothérapeute, exerçant en Provence depuis plus de 32 ans. Ce médecin atypique s’intéresse avant tout à l’aspect affectif de la maladie. « La médecine affective repose aussi sur des savoirs populaires et les connaissances anciennes. La réflexion médicale actuelle, (...) ... Lire la biographie complète
QRCode La botanique médicale - Version Mobile l'entrepôt
<span class=debug-traduction-erreur>Imprimer</span>


A eu lieu en 2013

L’enseignement des Facultés de Médecine exclut la botanique et débouche sur une limitation de la prescription en occultant l’extrême diversité des remèdes végétaux ; il néglige la capacité du remède végétal "ciblé" à restaurer l’individu dans ses facultés, préférant réduire le patient à un symptôme, une maladie, une mosaïque d’organes pour spécialistes Pour le prescripteur, la méconnaissance du monde végétal se double d’une méconnaissance du mode d’action des remèdes en terme d’information. Pour offrir une meilleure compréhension des interactions entre l’homme et le monde végétal aux utilisateurs des plantes. L’homme prétend aujourd’hui modifier la plante jusque dans sa structure génétique ; il oublie que la plante a participé à la transformation de l’humain, qu’elle lui envoie des informations quotidiennes (odeurs, couleurs, goûts….) jusque dans sa structure protéique. Les plantes poussent autour des hommes qui en ont besoin

Dans la maladie, symptômes physiques et symptômes psychiques sont étroitement corrélés et la médecine affective se penche sur l’ensemble des signes. Mais la botanique médicale ne se perd pas dans les limbes de la " pensée magique " et pose cette hypothèse de base : " l’affectif " a un support protéique - ce que d’aucuns soutiennent depuis quelque temps déjà - et ce support protéique entretient des correspondances étroites avec la phytochimie. Aussi, quand on pourra faire coïncider les remèdes d’origine végétale avec les affects humains - c’est-à-dire les réactions aux événements, en particulier ceux qui suscitent les conflits et les traumatismes - on dira, avec l’auteur, que le " futur affectif est déjà parmi nous, en botanique et en médecine.


Le mot de l'Entrepot :

Après sa conférence sur "Et si le sang ne circulait pas ? Le proteïon serait-il l’organe manquant ?", le docteur Bernard Vial revient pour une nouvelle conférence sur "la botanique médicale".


Plein tarif : 10 € | Tarif réduit : 7 €

à l'affiche

L’homéopathie moderne

Après nous avoir informé des dernières découvertes et avancées sur le Proteïon, éclairé sur la botanique médicale, le Docteur Bernard Vial revient pour troisième conférence à l’entrepôt nous présenter l’homéopathie moderne. Depuis 25 ans, publie articles et livres sur la vie affective, l’impact affectif des remèdes des trois règnes (végétal, minéral, animal) (...)

Lire plus