LE POÈTE ASSASSINÉ
En hommage à l’Art, la Poésie, Hommage aux soldats 14-18

avec Isabelle Hurtin (Comédienne) Après l’école nationale de Chaillot L’Ouvroir d’Antoine Vitez, et le Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris, actrice dans de nombreuses pièces de théâtre notamment avec Yves Beaunesne, Arthur Nauzyciel, Catherine Gandois, Ludovic Lagarde, Brigitte Jaques, Ivan Morane, Gilberte Tsaï, Amos Gitaï, Michel Fau, Régis Braün, René Jauneau, Eric Sadin, Thomas Cousseau, Luc Laporte … Et à la Télévision et cinéma pour Gérard Marx, Robert Bober, Roger Kahane, Jean-Louis Comolli, Stéphane Barbato, Jean-Claude Brisseau, Kevin Chemla, François Caillat… Fonde et dirige la Compagnie du Ness. Douze créations. Professeur au CRD de (...) ... Lire la biographie complète
QRCode LE POÈTE ASSASSINÉ - Version Mobile l'entrepôt
<span class=debug-traduction-erreur>Imprimer</span>


LE POÈTE ASSASSINÉ de Guillaume Apollinaire

En hommage à l’Art, la Poésie, Hommage aux soldats 14-18

Adaptation par Isabelle Hurtin

Musique : Géraldine Bourgue

avec les lectures de Géraldine BOURGUE (et accordéon)- Pascale COUSTEIX - Marianne ENTAT (violon) – Isabelle HURTIN (et saxophone) - Lili IRIARTE - Fanny JOUFFROY - Louis AFFERGAN - Fabien BEHAR - Bruno BISARO - Jean-François CHATILLON – Kevin CHEMLA - Thomas COUSSEAU - Jean-Claude FRISSUNG - Pierre GÉRARD - Nicolas PIOT –

Une oeuvre entre fiction et réalité. Un jeu entre le vécu avéré du poète Apollinaire et les rêves de son destin imaginaire.
L’histoire d’un poète au drôle de nom de Croniamantal qui lui ressemblerait et qui endosserait l’aventure poétique de tous les temps.

Il naît, meurt, puis ressuscite pour prendre part à la guerre de 1914 …

L’Histoire qui se lit avec une actualité très forte, miroir de tous les temps, l’humour, la fuite en avant, la déroute …

L’art, et l’amour, et la poésie flottent.

La « bataille » des poètes est sans fin, puisqu’ils cherchent la vérité.

Cette fiction est déroutante. Parfois, lorsque l’on regarde l’Histoire, l’actualité, on peut se demander si Apollinaire n’a pas pressenti nos histoires…


Libre participation