L’homéopathie moderne

avec Bernard Vial (Médecin) Le Docteur Bernard VIAL est médecin généraliste en Provence depuis 25 ans, après avoir exercé les fonctions de Chef de Clinique en Médecine au C.H.U. de Montpellier (Professeur Louis BERTRAND). Ses travaux en phytothérapie médicale, en homéopathie et en botanique sont publiés régulièrement dans la Revue : Les Cahiers de Biothérapie, Paris. Bernard VIAL est un médecin généraliste, homéopathe, et phytothérapeute, exerçant en Provence depuis plus de 32 ans. Ce médecin atypique s’intéresse avant tout à l’aspect affectif de la maladie. « La médecine affective repose aussi sur des savoirs populaires et les connaissances anciennes. La réflexion médicale actuelle, (...) ... Lire la biographie complète
QRCode L’homéopathie moderne - Version Mobile l'entrepôt
<span class=debug-traduction-erreur>Imprimer</span>


Après nous avoir informé des dernières découvertes et avancées sur le Proteïon, éclairé sur la botanique médicale, le Docteur Bernard Vial revient pour troisième conférence à l’entrepôt nous présenter l’homéopathie moderne.

Depuis 25 ans, publie articles et livres sur la vie affective, l’impact affectif des remèdes des trois règnes (végétal, minéral, animal) et sur l’origine affective des maladies.

L’homéopathie a développé la loi de similitude en mettant au centre du choix thérapeutique une plante, un métal ou un produit d’origine animale qui « ressemblerait » au conflit affectif du patient.

Le médicament homéopathique est choisi d’après les réactions de chacun face à sa maladie, et non d’après le nom de l’affection : c’est l’individualisation.
De plus, il est indiqué par l’ensemble des symptômes caractéristiques du patient : c’est la globalité.

En homéopathie, le symptôme pathologique n’est pas la maladie, il n’est que la partie apparente de l’iceberg. Son action a pour but de mobiliser les forces réactionnelles de l’organisme qui ainsi éliminera ses symptômes de lui-même. La guérison homéopathique n’est pas seulement la disparition de la pathologie en cause, elle doit s’accompagner d’une amélioration du patient dans sa globalité, énergie et mental compris. Après la prise d’un remède, ses effets continuent, tout comme un satellite poursuit sa trajectoire après avoir été placé sur orbite.

Tout se passe comme si le médicament homéopathique envoyait à l’organisme une information ciblée dans un langage commun. Si ce dernier est reconnu par le patient, il met en route ses processus de guérison. Dans le cas contraire, il n’y a aucune réponse de sa part et le remède est inefficace. S’il est partiellement entendu, l’amélioration sera incomplète et n’intéressera qu’une partie de l’organisme."

En 1994, le PROTEION, organe protéique sanguin, est décrit comme un organe liquidien étiré dans 150 000 km de vaisseaux, comme un câble internet.


Plein tarif : 10 € | Tarif réduit : 7 €

à l'affiche

Et si le sang ne circulait pas ? Le proteïon serait-il l’organe manquant ?

A eu lieu en 2012 Et si le plasma ne s’écoulait pas ? Qu’adviendrait-il de toutes les théories « circulatoires » ? Le Docteur Bernard Vial défend la théorie que le sang ne circulerait pas. la pompe cardiaque n’a pas la puissance de faire circuler un liquide dans prés de 100 000 kilomètres de tuyaux, en revanche l’information circule pour permettre la (...)

Lire plus

La botanique médicale

A eu lieu en 2013 L’enseignement des Facultés de Médecine exclut la botanique et débouche sur une limitation de la prescription en occultant l’extrême diversité des remèdes végétaux ; il néglige la capacité du remède végétal "ciblé" à restaurer l’individu dans ses facultés, préférant réduire le patient à un symptôme, une maladie, une mosaïque d’organes pour (...)

Lire plus