Klezmer Kaos

avec Klezmer Kaos (Klezmer) Leur répertoire est un livre de contes et chaque morceau nous raconte une histoire dans un flot rythmé et mélodieux. Tantôt c’est l’histoire d’un beau voyage dans un pays suave et langoureux au son du violon, de la clarinette et de l’accordéon et tantôt une danse folle traditionnelle juive qui enflamme la salle et donne des ailes aux plus piètres danseurs. L’histoire commence en 2007, Heiða Björg Jóhannsdóttir, clarinettiste islandaise, inspirée par le "revival klezmer", s’installe à Paris et décide de créer sa formation. Ainsi naît Klezmer Kaos, un chaos qui ordonne et mêle les influences musicales et les talents hétéroclites de chacun, que ce soit du (...) ... Lire la biographie complète
QRCode Klezmer Kaos  - Version Mobile l'entrepôt
<span class=debug-traduction-erreur>Imprimer</span>


Qui a entendu une fois Klezmer Kaos veut réentendre Klezmer Kaos. Pourquoi ? Ce groupe est-il différent des autres groupes qui diffusent de la musique klezmer traditionnelle de façon immuable ?

La particularité de Klezmer Kaos est d’en saisir l’âme pour la renouveler et la projeter dans l’avenir, d’en ressentir la spiritualité pour la transmettre sous forme d’énergie dans la modernité en se nourrissant des divers apports musicaux qu’elle est susceptible d’intégrer.

C’est Heida, la clarinettiste islandaise qui s’est prise au jeu de la musique klezmer. Née dans une île volcanique, un pays authentique qui ne se satisfait pas des apparences, elle s’est sentie happée par la profondeur, la spiritualité, l’humour et la joie de cette musique juive d’Europe de l’Est.

Une musique née dans la foulée du hassidisme , mouvement qui apparait au XVIII e siècle dans les shtetls, ces villages juifs de là-bas, avec un message : Face au quotidien précaire, voire menaçant, souvent misérable et douloureux, il y a lieu d’être en communion permanente avec le monde supposé d’en-haut et de vivre dans la joie, l’exaltation, et le sens du chemin de vie et du mouvement.

A cette musique du nomadisme en esprit. Il faut des instruments : le violon qui pleure (souvent), la clarinette qui rie, chante et se moque, l’accordéon qui déplace les nostalgies et les rythmes qui vous poussent vers l’avant.

Heida Björg Johannsdotir, dotée de sa clarinette, prise de passion, saisit puis décide en 2007 : cette musique nomade doit non pas rester figée comme une pièce de musée mais poursuivre son chemin en intégrant d’autres traditions authentiques ignorées ou malmenées par les modes, tout en exprimant les individualités de musiciens soucieux du renouvellement des langages.

Elle attire à elle, l’un après l’autre, quatre compères musiciens, tous solidement formés, animés de la même foi, qui se rallient à son projet. Le violoniste Charles Rappoport, l’accordéoniste Adrian Iordan, le bassiste Sylvain Plommet et le batteur Thibaud Rancoeur.

La tradition musicale islandaise que Heida porte en elle sort de son exil et se marie dans une fête islando-klezmer. Nos cinq musiciens, pris de joie, improvisent et innovent. La musique klezmer renouvelée part pour un nouveau voyage.


Plein tarif : 10 €