QRCode Florence Delay, comme un portrait - Version Mobile l'entrepôt
<span class=debug-traduction-erreur>Imprimer</span>


Projection du film Florence Delay, comme un portrait suivi de De page en page

  • Mardi 13 octobre :
    En présence du réalisateur Abraham Ségal, de l’écrivain Florence Delay et de Jean-Claude Carrière.
  • Vendredi 23 octobre :
    En présence du réalisateur Abraham Ségal et de Florence Delay

    SYNOPSIS
    Portrait à plusieurs facettes d’une femme écrivain connue mais secrète. Entre les mots de Jeanne dits par Florence Delay dans le film de Robert Bresson Procès de Jeanne d’Arc, les phrases de ses romans et de ses essais et les paroles de Jean l’évangéliste qu’elle a traduites, son histoire est multiple, traversée par l’esprit du jeu et le souffle de la foi.
    Depuis son expérience avec Bresson (1962), elle explore. Théâtre (TNP avec Vilar, Wilson, Vitez), romans, essais, traductions d’écrivains espagnols, Académie française. Elle a écrit avec le poète Jacques Roubaud un cycle arthurien de dix pièces, Graal Théâtre.
    Tourné au Pays basque et à Paris, ce film est animé par des correspondances intimes entre portrait et modèle.

    TEXTE DE FLORENCE DELAY
    « Le mot le plus exaltant dont nous disposions est le mot “comme”, pensait André Breton, qu’on le dise ou qu’on le taise. Abraham Ségal le dit dans son titre et puis se tait tout au long du portrait qu’il filme. Il me posait des questions mais ne souhaitait pas être entendu. Ni vu ni connu, c’est tout lui. Il ne ressemble pas à ces enquêteurs soucieux d’apporter la preuve qu’ils sont là. D’ailleurs ses films relèvent davantage de la quête que de l’enquête. Il va où son sujet le mène – vers un patriarche, un peintre, un Mur – avec une poignée de questions qu’il sème, et sa caméra récolte les réponses un peu partout, en ville, aux champs, à ciel ouvert ou éteint, comme si les lieux où les gens s’expriment étaient déterminants quant à la véracité de leurs paroles. Il bouge autour de son thème, il y va, il en vient, il y retourne jusqu’à ce qu’il ait tout ce qu’il lui faut pour monter un film qui surmonte le présent du reportage. Avec moi aussi il fut prodigue de son temps et de son attention, allant d’un théâtre à une prairie, des bords de l’océan à ceux d’une table, puis d’une autre table, et ainsi de suite. Parfois son « portrait » me gêne comme si j’avais été surprise en mon for (fort) intérieur. Parfois je suis contente de lui avoir échappé comme je m’échappe à moi-même. Bonté de la perte et du regard. Ici encore le “comme” fait merveille. »

    PAROLES DU FILM
    « Je vis à Paris, mais j’ai une autre patrie, le Pays Basque, où je vais retrouver les montagnes, les prairies et surtout l’océan. Si j’aime tant cette partie des Pyrénées, qu’on appelle « les petites Pyrénées » ou « les basses Pyrénées » c’est parce que c’est l’endroit par lequel je suis passée en Espagne, au fond mon autre pays, mon autre langue, la langue que j’ai choisie d’aimer. Le pays qui m’a accueillie, qui m’a formé autrement que française. Je pense qu’il vaut mieux être double, et encore plus triple et quadruple. Moi, hélas, je ne suis que double ».

Programmation du film

Sem. 39 Me
28/9
Je
29/9
Ve
30/9
Sa
1/10
Di
2/10
Lu
3/10
Ma
4/10
Pas encore de programmation cette semaine.


Plein tarif : 6.5 €

à l'affiche

De page en page

Avec Jean Bottéro, Jean-Claude Carrière, Abdelwahab Meddeb et Plantu

Projection du film Florence Delay, comme un portrait suivi de De page en page Mardi 13 octobre : En présence du réalisateur Abraham Ségal, de l’écrivain Florence Delay et de Jean-Claude Carrière. Vendredi 23 octobre : En présence du réalisateur Abraham Ségal et de Florence Delay SYNOPSIS De page en page est un film essai : comment naissent et (...)

Lire plus

Réflexions

L’Entrepôt et Films en Quête présentent RÉFLEXIONS Un cycle de films et de débats Réflexions est l’occasion de réunir un ensemble exceptionnel dans le champ du cinéma documentaire. Notre ambition est de faire découvrir ou redécouvrir pendant ce mois d’octobre une vaste gamme de films en présence, aussi souvent que possible, des cinéastes et de leurs (...)

Lire plus