De l’or dans nos poubelles

avec Olivier Bonjean (Auteur) Olivier Bonjean, auteur de « De l’or dans nos poubelles » : « Né à Lyon, Olivier Bonjean est architecte, diplômé de l’Ecole d’Architecture de Bordeaux. Ses recherches l’on conduit au Brésil, son pays d’adoption. Il mène dans cet ouvrage une réflexion sur le geste de jeter et celui de ramasser, dans l’histoire, la sociologie, la psychanalyse et l’urbanisme. Après de nombreuses expériences en France, c’est au Brésil que pourra s’épanouir sa vision humaine de l’architecture et qu’elle prendra toute sa force. Il participera aux luttes des habitants des bidonvilles dans leur quête d’un sol, d’un emploi, d’un logement, d’une école, partageant leurs victoires et (...) ... Lire la biographie complète
QRCode De l’or dans nos poubelles - Version Mobile l'entrepôt
<span class=debug-traduction-erreur>Imprimer</span>


Il est temps de changer notre rapport au déchet.
Olivier Bonjeau le prouve : il est source d’intégration sociale, de lien social, d’appropriation de l’espace, de valorisation individuelle au sein d’une communauté, d’autonomisation collective, d’émancipation face à l’oppression, et aussi de revenus et d’emplois.

Comment cela est-il possible ?

L’auteur revient sur l’histoire des déchets, depuis l’Antiquité à nos jours. Originellement, dans les civilisations agraires, les rejets humains étaient principalement organiques.
Leur recyclage allait de soi. Ils étaient même sacrés car associés à la fertilité, à la reproduction. L’auteur montre de quelle manière l’industrialisation et l’urbanisation du XIXème siècle ont bouleversé la donne, créant une rupture dans nos perceptions, productions et traitements des déchets, pervertissant notre lien aux ordures. Convoquant la psychanalyse, l’ethnologie, la sociologie, l’urbanisme dans sa réflexion, Olivier Bonjean, montre que l’analyse de la présence de déchets est révélatrice de l’organisation sociale d’un groupe, de son respect des règles qui le régissent, du rapport individuel et collectif à l’hygiène.

Considérer le déchet comme un symptôme d’un malaise social permet de proposer une véritable thérapie urbaine. L’auteur a une vision positive et des déchets et de leur traitement. Au Brésil, à Fortaleza, il a été le promoteur d’un projet économique et social plus que concluant.
Les hommes de cette favela auparavant sans emploi ont organisé une valorisation des déchets par leur collecte puis leur vente. Il en a résulté : des revenus, une ré-appropriation de l’espace, une nouvelle organisation sociale, économique et communautaire, une impressionnante valorisation individuelle. Aujourd’hui Olivier Bonjean affirme que deux millions d’emplois pourraient être créé en Europe sur ce modèle.

Un livre foisonnant où l’on rencontre, Freud, Jung, Nietzsche, Pasteur, le préfet Poubelle, les Indiens d’Amazonie... Un livre définitivement optimiste qui propose des solutions concrètes, une modification des comportements en vue d’un enrichissement sain et profitable pour l’homme et la planète.