Dali, surréalisme et photographie : érotisme et propagande

avec Marc Aufraise (Chercheur) Doctorant en histoire de la photographie, Marc Aufraise est spécialiste de la photographie surréaliste en Europe. Il est également enseignant à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et intervenant-conférencier pour la Fabrique du Regard (Le Bal - Association des Amis de Magnum). Marc Aufraise a publié en avril 2010 "Panorama des usages et pratiques stratégiques de la photographie surréaliste serbe (1925-1935), Mélusine, Cahiers du Centre de Recherche sur le surréalisme, n°30, Surréalistes serbes, L’âge d’Homme, Lausanne, (...) ... Lire la biographie complète
QRCode Dali, surréalisme et photographie : érotisme et propagande - Version Mobile l'entrepôt
<span class=debug-traduction-erreur>Imprimer</span>


"Rien ne vient donner autant raison au surréalisme que la photographie." Cette sentence de Salvador Dali en février 1929 indique clairement la considération attachée au médium photographique par les acteurs du mouvement surréaliste. Illustrations pour les publications - revues, essais, poèmes -, enregistrements d’une poétique du quotidien, mises en scène de fantasmes abondent ; l’important est alors moins l’œuvre d’art et la notion d’auteur que la possibilité inhérente à la photographie de représenter un réel au sein duquel surgit la surréalité. S’attarder sur l’utilisation de la photographie par Salvador Dali, de 1929 à 1942, permet d’embrasser à la fois les pratiques, les usages et les thèmes "classiques" alloués au médium par le mouvement surréaliste, comme de proposer un éclairage relativement nouveau : une compréhension proprement dalinienne de la théorie surréaliste.